Êtes-vous une mangeuse émotionnelle ? Voici 3 pistes pour vous en sortir?

Mis à jour : 22 oct 2019


Une des raisons à l'origine de nos kilos et pour laquelle il est difficile de perdre du poids, c'est que nous n'avons pas toujours conscience de notre relation à la nourriture et de son rôle dans notre vie. Si le but premier de s'alimentation est de nous donner de l'énergie et construire notre organisme, à en voir nos modes de vie actuels, on peut constater que la nourriture prend une place bien plus importante.


Il faut le reconnaître, manger c'est bon et ça fait du bien!


Manger satisfait bien plus que les besoins de l'organisme.





Manger intensifie les plaisirs de nos vies.





Je suis sûre que si vous cherchez dans votre mémoire des souvenirs de bons moments passés, il y a de fortes chances qu'ils impliquent un partage autour d’un repas avec des proches, des amis ou des collègues.

La nourriture est présente à chacun de nos bons moments pour célébrer un évènement ou pour se récompenser de nos exploits. Conviviale, abondante et savoureuse, elle détend, apaise et augmente le bien-être. La cerise sur le gâteau, c'est que le plaisir qu'elle procure est non seulement immédiat mais en plus à portée de main.


La version plus sombre de l'histoire et à laquelle nous allons nous intéresser pour cet article, se présente lorsqu'on prend l'habitude d'utiliser la nourriture pour mieux supporter ou gérer nos émotions quotidiennes. Ce qui me permet d'aborder plus particulièrement la notion d'alimentation émotionnelle, une des difficultés majeures des femmes avec qui je travaille et qui souhaitent perdre du poids. Je vous propose de voir d'un peu plus près, d'où ça peut venir et quelles pistes emprunter pour s'en sortir.


Qu'est-ce que l'alimentation émotionnelle?


L'alimentation émotionnelle est une tendance à se rabattre sur la nourriture pour se distraire ou s'apaiser des émotions difficiles dans notre vie. On devient en quelque sorte ce qu’on peut appeler des mangeurs émotionnels, dans le sens où, on ne mange pas nécessairement parce qu'on a faim, mais parce qu'on se sent stressé, triste, fatigué ou angoissé. #jemangemesémotions


Maintenant, on est tous plus ou moins des mangeurs émotionnels. Malheureusement, et surtout pour nous les femmes, c’est aussi une des raisons pour lesquelles nous prenons du poids et qu'il est difficile de maigrir.



Manger devient source de confort, réconfort lorsqu'on se sent, frustrée, contrariée, déprimée, inquiète, fatiguée.




Lorsqu'on s’ennuie, parfois même lorsqu'on se sent heureuse, excitée ou festive.

On s’appuie sur la nourriture soit pour augmenter un plaisir déjà existant, ou pour apaiser nos tensions internes.

Cette habitude de manger notre stress et nos émotions, s'installe au fil du temps et sans s'en rendre compte, elle dicte notre rapport à la nourriture, ainsi que notre capacité à perdre du poids.


C'est mon petit plaisir à moi...


J’entends beaucoup de femme me dire: “Manger est le seul plaisir qu’il me reste”, sous entendu ... "si je n’ai plus ça, qu’est-ce qui me reste alors"?

Difficile pour elles de résister à une deuxième part de gâteau ou de s'arrêter de manger alors qu'elles n'ont plus faim. Se diriger vers le frigo ou les placards devient comme un automatisme, de même que le petit tour chez le boulanger ou l'épicerie du coin en rentrant du travail.


Je pense sincèrement que la nourriture est une de nos plus grandes sources de plaisir dans la vie et doit le rester.

Le problème se pose lorsqu'elle devient LA source de plaisir ou la première chose vers laquelle on se dirige lorsque ça va mal. Et dans les moments bas, autant se dire qu'on est souvent en train de manger. Ce qui va difficilement de pair avec les objectifs qu'on se fixe pour son corps et sa santé.

De plus, après avoir mangé, certes c’était bon, on se sent effectivement bien, grâce aux hormones du plaisir que notre corps a sécrété. On éprouve un apaisement sur le moment, mais celui-ci n'est que temporaire. Car, s'en suit le fameux sentiment de culpabilité. Et pour couronner le tout, la situation qui a généré le stress ou l'émotion, elle, elle est toujours présente.


En mangeant pour apaiser ses émotions intenses, on se préserve de s'intéresser au véritable problème, à la source du stress émotionnel.


En nous intéressant à notre rapport à la nourriture et à la manière dont elle nous aide à gérer nos émotions, on peut se rendre compte qu'on ne résout rien. En réalité c'est le contraire qui se produit. Non seulement on fait l'économie de réfléchir aux situations difficiles, mais on déplace le problème sur des kilos en plus, qui deviennent une autre source de souffrance en soi.


Mais voyons un peu l’origine de cette pratique...


Pourquoi mangeons-nous pour gérer nos émotions, d’où ça vient ça à la base?


Il faut le voir comme un comportement qui relève de l'habitude. Une façon de fonctionner qui s'est mise en place à une période ou une autre de sa vie et qui s’est renforcée au fil du temps. C'est important de comprendre que ce comportement peut provenir de très loin, voir même depuis l’enfance.



Vous avez peu-être des souvenirs, étant enfant, lorsque vous vous faisiez mal, ou viviez un moment difficile.

Vos parents ou les personnes s’occupant de vous avaient peut-être recours à la nourriture pour vous consoler, vous distraire de votre peine et vous aider à vous sentir mieux. Peut-être vous achetaient-ils des glaces, des bonbons ou pouviez-vous manger ce que vous vouliez en guise de récompense d’un bon comportement.

Si vous vous reconnaissez dans ce que je viens de dire, sachez que je n'ai nullement l'intention de jeter la pierre sur aucun parent ici. Leur intention était bonne et c’est certainement ce qu’ils ont reçu et font pour eux-mêmes. Toutefois, ils n’avaient surement pas conscience de quelle habitude ils vous ont aidé à construire et à renforcer.

Ainsi, des années plus tard, lorsque vous vous sentez en bas, déprimée ou anxieuse, qu’est-ce que vous faites? Vous vous tournez naturellement vers la nourriture, le moyen que vous connaissez le mieux et que vous pensez le plus efficace pour vous apaiser.

Du moins si vous vous occupez de vous de la même manière dont on s’est occupé de vous enfant, si on vous donnait des douceurs pour vous distraire de votre peine physique ou émotionnelle et vous vous sentiez effectivement mieux sur le coup, il est fort probable qu’étant adulte, vous ayez recours aux mêmes ressources pour vous soulager. Il y a également de fortes chances que vous ayez un faible, non pas pour des aliments dont votre corps a besoin, mais pour des aliments que votre tête vous demande, en lien avec des souvenirs antérieurs.

Je ne sais pas pour vous, mais lorsque j'ai compris ça moi-même, ça a complètement changer ma relation à la nourriture, de même que pour les femmes que j'accompagne.


Comment s'en sortir quand on mange ses émotions?


Il faut d'abord comprendre que le but ultime, c'est de pouvoir séparer l’émotion ou le ressenti, de la solution "nourriture" et apprendre à différencier la faim "émotionnelle" de la faim physique. Pour se faire nous n'avons pas d'autres choix que d'apprivoiser ses sensations et ses émotions.

Voyons un peu trois pistes importantes qui vont vous permettre de mieux différencier vos émotions au quotidien, afin que manger ne soit plus la seule solution que vous avez pour gérer une situation émotionnelle intense.


1. Développez votre conscience corporelle


Dans ma pratique de coach thérapeute psychomotricienne, j'accorde énormément d'attention au domaine des sensations et des émotions et à la manière dont elles dictent notre comportement par rapport à la nourriture. Comme pour beaucoup de sujet concernant le corps, la meilleure chose que l'on puisse faire c'est de développer sa conscience corporelle. En effet, c'est en étant consciente de tous nos états et ressentis que nous sommes plus à même de nous reprendre et de faire de meilleurs choix pour notre bien-être et par rapport aux objectifs que nous nous sommes fixés.

Maintenant, vous avez un nombre multiple d'activités vous permettant de développer cette conscience en passant par la méditation, les exercices de respiration, la danse, le yoga, l'activité physique, toute forme d'activité centrée sur le corps au repos ou en mouvement et qui vous permet d'écouter votre corps et de porter l'attention sur vous et votre ressenti.


2. Reconnaissez les situations qui génèrent le stress ou l'émotion dans votre vie


Je suis certaine que si vous vous arrêtez un peu et analysez votre routine, vous allez vous rendre compte de situations particulièrement stressantes qui génèrent des émotions diverses au quotidien et qui vous poussent à manger pour vous apaiser. Est-ce le stress du travail, l'angoisse de ne pas réussir quelque chose ou la solitude, l'ennui à un moment ou un autre de votre journée.

Est-ce une relation difficile avec son conjoint, sa famille, ses collègues, ses amis, une discussion qui s'est mal passé?

Est-ce un évènement perturbant, le besoin de décompresser après une semaine éprouvante?

Relevez ces situations pour lesquelles vous seriez tentée de vous diriger vers la nourriture pour trouver du réconfort, alors que vous n'avez pas nécessairement faim. Relevez l'émotion qui est présente à ces moment-là et prenez le temps de voir de quoi elle est faite. À partir de là vous pouvez commencer à interrompre vos cycles de fonctionnement et instaurer de nouvelles habitudes plus saines. vous trouverez ainsi d’autres moyens pour vous distraire de vos émotions, des solutions moins destructeurs que la nourriture et plus en alignement avec les objectifs que vous vous êtes fixés pour votre corps et votre santé.


3. Enfin, n'ayez pas peur de vos émotions


La vie passe avec ses hauts et ses bas et c’est la même chose pour tout le monde. La difficulté c’est quand on s'imagine qu'on ne devrait jamais souffrir. On se croit incapable de tolérer où de supporter une émotion aussi désagréable soit-elle. Ainsi, dans les moments de bas, on va chercher par tous les moyens à fuir ou se débarrasser de ce qu'on ressent. Nous sommes parfois tellement habitués à utiliser la nourriture pour s’évader et gérer ces émotions désagréables, qu’il en devient difficile d’imaginer faire et vivre autrement. On se conforte à l'idée qu'on ne serait pas assez forte pour supporter n'importe quelle situation stressante.

Mais gérer ses émotions passe avant tout par la capacité à pouvoir les ressentir, les écouter, les respecter et les supporter. Les émotions sont là pour nous guider.

Faites la part des choses et cherchez à comprendre comment fonctionnent vos émotions et les messages qu'elles vous indiquent. Vous verrez qu’il n’y a rien à en avoir peur et que vous êtes largement capable d'y survivre. Ce qui me permet de vous laisser avec cette petite pensée en lien avec la confiance en soi:


Avoir confiance en soi, c'est être sereine dans le fait

qu'on survivra à nos émotions difficiles.


Comme je le dis toujours, peu importe le domaine dans votre vie pour lequel vous êtes en difficulté, ce qui est important, c'est apprendre à s'auto analyser afin de trouver ce qui vous bloque dans votre démarche de transformation. Je vous y aide avec plaisir.

Pensez-vous être une mangeuse émotionnelle? Écrivez moi, Qu'est-ce qui vous pousse à manger quand vous n'avez pas faim? Quels sont les aliments vers lesquels vous vous tournez en premier? Je serai ravie de vous lire et je réponds à tous vos emails. contact@brigittecodjia.com

Vous pouvez aussi directement laisser un commentaire en dessous de cet article...


Prête à transformer la relation à votre corps, perdre vos kilos, retrouver l’énergie et de vous épanouir comme jamais dans votre vie? Ça n’a pas besoin d’être difficile. Transformez votre corps, transformez votre vie! Je suis là pour vous aider :)